L’af2m alerte les français sur une possible recrudescence de fraudes telles que le « Smishing » (phishing par SMS) ou l’« Appel à rebonds » exploitant l’épidémie COVID-19 et le confinement.

L’Association Française pour le développement des services et usages Multimédias Multi-opérateurs lance une alerte afin de sensibiliser les consommateurs sur une possible augmentation de tentatives de fraudes « Smishing » ou « Ping Calls » afin de récupérer des données personnelles, financières ou inciter les consommateurs à appeler des numéros majorés.

Smishing ou Appel à rebonds, comment ça marche ?

Le Smishing est la version SMS du Phishing par e-mail. Les fraudeurs envoient des messages SMS en masse, en usurpant l’identité de sociétés ou organismes publics connus. Ces messages comportent généralement des liens urls qui renvoient vers de faux sites web créés pour inciter les victimes à laisser leurs informations personnelles, les coordonnées bancaires ou à effectuer un paiement.

Les fraudes qualifiées de « Appel à rebonds » se développent à la place des « Ping calls », mais avec le même objectif : soutirer quelques euros des victimes via des numéros spéciaux majorés. Les fraudeurs effectuent des appels en masse soit à l’aide d’un robot soit via des centres d’appels, situés généralement à l’étranger, incitant leurs cibles, en utilisant différents prétextes, à appeler un numéro spécial majoré.

Pourquoi un risque plus important durant cette crise COVID-19 ?

Ce n’est pas la première fois que des fraudeurs profitent d’un contexte critique pour effectuer des fraudes. Cela a déjà été le cas lors des attentats en France en 2015.

Dans le contexte de la pandémie COVID-19 les fraudeurs profitent du confinement et de l’inquiétude des français pour prétexter un colis en attente ou des promotions pour des masques ou thermomètres.

Comment se prévenir de ces fraudes et les dénoncer ?

Comme pour le phishing par e-mail, l’af2m conseille les français à ne jamais cliquer sur un lien envoyé par un SMS alors que celui-ci n’a pas été sollicité. En cas de suspicion les français peuvent signaler le sms via la plateforme 33700 en transférant par sms le message reçu au numéro court gratuit 33700.

En ce qui concerne les Appels à rebonds, il ne faut jamais appeler un numéro spécial majoré indiqué dans le cadre d’un appel venant d’un call-center ou d’un message robot. L’af2m incite fortement les français à signaler ces numéros sur la plateforme infosva.org qui regroupe l’annuaire inversé des numéros spéciaux (dits SVA) et le dispositif de signalement.

Signaler c’est participer à la lutte contre la fraude aux côtés des opérateurs télécoms

Les dispositifs de signalements 33700 et infosva.org ont été mis en place par les opérateurs membres de l’af2m avec le soutien des pouvoirs publics. Ils sont consultés quotidiennement par les opérateurs afin de contrôler les numéros signalés et, en cas de fraude avérée, les suspendre.